Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers

"un véritable joyau architectural..."

Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Médias

LE TRAIL DANS LE CANTAL ATTEINT DES SOMMETS

03/04/2018
LE TRAIL DANS LE CANTAL ATTEINT DES SOMMETS
La pratique du trail a explosé ces dernières années en France, et dans le Cantal en particulier. Le département offre un magnifique terrain de jeu aux adeptes de ce sport à la recherche de bien-être, de contact avec la nature et de convivialité.

Deux jours. C’est le temps qu’il a fallu pour boucler les inscriptions sur le trail du Grand Cirque (53 km) de la Pastourelle. Du côté de l’UTPMA, autre trail emblématique du Cantal, les inscriptions cette année ont été closes en trois semaines pour l’ultra­-trail. Du jamais vu en sept éditions. 

« On a été obligé de créer des listes d’attente, témoigne Coralie Vidal, chargée de communication de l’UTPMA. Au 27 février, on a en tout 1.900 inscrits, alors qu’on a dû attendre le jour de la course l’année dernière (en juin, NDLR) pour atteindre ce chiffre" 
Même constat chez Philippe Barrière, président de la Pastourelle. « On a ouvert le 1er novembre, on a clos le 2. Cette année, on devrait atteindre la barre des 5.000 participants. » Tous les trails du Cantal ne connaissent certes pas la même frénésie, mais la tendance générale est à la hausse du nombre de traileurs et de traileuses. Un « boom » à mettre en relation avec l’explosion du nombre de coureurs à pied en France ces dernières années.  
 
« La course à pied, c’est moins contraignant que les sports co, ça nécessite juste une paire de pompes, explique Philippe Barrière. Et ça correspond à la recherche de bien­-être qui animent beaucoup de gens de nos jours. » La commission départementale des courses hors stade recensait environ 2.500 coureurs au début des années 2000. En 2017, elle en dénombrait 8.500, soit plus de trois fois plus. Les magasins de sport ne s’y trompent pas et adaptent leurs produits et les agencements de leurs magasins. 
 
« En début d’année, on a décidé de mettre les produits relatifs au trail en tête de gondole, déclare Maurane Bonnard­-Cartier, responsable de rayon fitness running du magasin Décathlon d’Aurillac. On essaie d’être à l’écoute des clients et, clairement, le trail est porteur sur le département. D’ailleurs, tous nos ambassadeurs running sont des traileurs. » 

Un terrain de jeu propice

Julien Desargues, responsable du rayon chaussures à Intersport, appuie dans le même sens. « Ça évolue fortement depuis trois ans, et, depuis un an, ça explose. Un indice qui ne trompe pas, à la fin des soldes, le rayon trail était quasiment vide ». Les deux magasins constatent une autre tendance : beaucoup de runners, le nouveau nom à la mode des coureurs à pied, passent au trail. 
 
Moins traumatisant que la course sur bitume, jouissant d’un tracé plus ludique, le trail bénéficie en outre, dans le Cantal, d’organisations qui font la part belle à la convivialité. 
 
Des randonnées et des parcours VTT sont organisés en même temps que les courses, et des repas à base de produits locaux ponctuent très souvent les épreuves. 
 
En raison des longues distances parcourues, cette discipline est aussi un moyen privilégié de (re) découvrir le patrimoine naturel et architectural de la région. Elle est ainsi devenue une vitrine touristique du Cantal. Et le département le lui rend bien en offrant un terrain de jeu propice à la pratique de ce sport. L’équipe de France de trail n’a-­t-elle d’ailleurs pas signé pour venir s’entraîner sur les terres cantaliennes les trois prochaines années ? Un gage de qualité.
 
Daniel Lauret