Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Patrimoine naturel

Salers dans le Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne

  Créé en 1977 au coeur de la région Auvergne, à cheval sur les départements du Cantal et du Puy-de-Dôme, le Parc des Volcans d'Auvergne s'étend sur 120 km du nord au sud.

Avec près de 400000ha, il est le plus grand Parc naturel régional de France métropolitaine.

Composé de 150 communes, dont Salers, ce territoire compte environ 90000 habitants. Il est géré par un syndicat mixte qui réunit des élus de ces collectivités locales.

Territoire rural de moyenne montagne, le Parc des Volcans d'Auvergne se compose de cinq régions naturelles, des entités paysagères singulières et complémentaires : l'Artense, le Cézallier, les Monts Dômes, les Monts Dore et enfin les Monts du Cantal auquel la commune de Salers appartient.

Préservés, façonnés et habités par l'Homme, ses paysages de montagne sont remarquables : volcans, crêtes, estives, lacs, forêts... De grands espaces où vivent une faune et une flore exceptionnelles. Une terre de légende, une culture et des savoir-faire vivants, un terroir généreux...

Environnement géographique de Salers

Situation : dans la région Auvergne, au SSW de Clermont-Ferrand, dans le département du Cantal, Salers est plus exactement située sur le flan ouest du Massif du Cantal sur une zone de contact morphologique entre les hautes terres et les basses terres du Cantal.

Un site exceptionnel : située sur le rebord SW du plateau de Salers, à une altitude comprise entre 920 et 1200 m d'altitude, elle domine de 300m une confluence de trois vallées (l'Aspre, la Maronne et le Rat) avec vue imprenable sur les hautes terres des Monts du Cantal.

Héritage volcanique : le Cantal est un appareil volcanique complexe couvrant 2500km² et formant un strato-volcan que l'érosion a disséqué. Les vallées façonnées dans la brêche sont rayonnantes à partir du Puy-Mary et les plateaux basaltiques ont des formes grossièrement triangulaires, les planèzes (dont la planèze de Salers). La ville haute est édifiée sur une intrusion d'ankaramite, une deuxième plus petite au nord de la première ayant été occupée par le château des barons de Salers. 

Héritage glaciaire : un plateau au modelé montueux avec des buttes arrondies séparées par de petites dépressions lacustres hérités des périodes froides du Quaternaire où les glaciers se sont installés sur les reliefs auvergnats les plus élevés.

Le milieu montagnard (920 - 1200m) aux surfaces planes (plateaux) avec ouverture vers l'ouest (influence océanique) confèrent à Salers un climat océanique montagnard.

La morphologie végétale est adaptée au relief et est très influencée par l'activité humaine. A l'étage montagnard, la dégradation de la hêtraie par l'homme (exploitation pastorale) laisse place à la lande ou pelouse montagnarde. 

La commune de Salers occupe une petite surface de 485ha.

L'habitat rural est groupé, formant un village tas perché sur un piton rocheux et trois sorties d'eau. Ce village tas est secondé par deux hameaux du Foirail et Malprangère  et chaperonné par de nombreux bâtiments agricoles isolées qui parsèment le plateau.

La morphologie agraire comprend un certain nombre de parcelles partiellement encloses de haies, tantôt plantées (frênes), tantôt construites en pierre sèches constituant le seul élément boisé sur la commune.

Ce paysage est en fait l'héritier d'un système de culture particulier en étroit rapport avec le pôle attractif que constituait Salers : une vocation "régionale" pastorale (élevage de moutons puis de bovins) associée aux cultures de prairies de fauche, seigle et d'orge. Une vocation économico-administrative, pôle commercial (laine puis le fromage), pôle judiciaire (installation du Bailliage royal), pôle religieux (3 couvents et un pélerinage).

Une structure agraire particulière : un semi-bocage (haies) avec éléments d'openfield (routes et chemins étoilés divergeant à partir du bourg).