Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers

"un véritable joyau architectural..."

Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Mairie de SALERS - Cantal ~ Ville de Salers
Médias

AUVERGNE - RHONE- ALPES - CES VILLAGES QUE LA FRANCE LUI ENVIE

04/07/2016
AUVERGNE - RHONE- ALPES  -  CES VILLAGES QUE LA FRANCE LUI ENVIE

Toits de lauze et pierre volcanique confèrent au village de Salers un charme irrésistible. La vieille cité cantalienne regorge d'hôtels particuliers des XVème et XVIème s. (...)

(...) DES VILLAGES SIMPLES ET DELICIEUX, SANS ESBROUFE

"En Auvergne, il y a plus de montées que de descentes", ironisait Alexandre VIALATTE. Grimpons donc sans faiblir en direction des monts du Cantal, vestiges du plus vaste volcan d'Europe (60km de diamètre). Campé sur sa planèze (plateau basaltique) à 900m d'altitude, Salers domine la verdoyante vallée de la Maronne et lorgne sur le puy Violent (1594 m). Les pâturages alentour sont peuplés de ravissantes dames à la robe acajou et aux longues cornes en forme de lyre, les vaches Salers. Lors de l'estive, ces paisibles ruminants font un lait parfumé à la gentiane ou à la réglisse, dont on tire un onctueux fromage AOP, le salers. Salers (prononcez "salaire") mérite bien son pluriel... Entièrement bâti en pierre de lave, le village regorge de logis Renaissance coiffés de tours poivrières et de vestiges médiévaux : l'église St-Mathieu, la tour de l'Horloge, les portes en ogive, les linteaux sculptés, la lauze en écailles de poisson qui couvre les toitures... Tout cela semble avoir trempé dans une encre anthracite qui confère à Salers sa beauté grave et austère. Disons-le, ce bourg est encore plus beau sous un ciel gris plomb. Par chance, la météo locale s'arrange très bien pour associer ces couleurs... Les plus beaux logis à tourelles sont réunis sur la place Tyssandier d'Escous, car Salers fut au XVIème s. le chef-lieu de bailliage des hautes montagnes d'Auvergne. On déambule dans cette cité sombre comme dans un "songe obscur de palais, de fontaines et de jardins suspendus...", ainsi que l'écrivait l'auteur auvergnat Henri POURRAT. (...)

Vincent NOYOUX (texte) et Stéphan CLADIEU (photos)